• Ravi Swami

"Continuez Sur Le Khyber", Dir: Gerald Thomas, 1968




J’ai eu le grand plaisir de voir le dernier chef-d’œuvre cinématographique de M.Gerald Thomas, "Carry On Up The Khyber", au Cinema Museum de Londres.


Il est clair d'emblée qu'aucune dépense n'a été épargnée pour livrer une confection cinématographique exotique - la dernière d'une longue lignée de comédies de manières - dans tous les domaines de la production, de la recherche scrupuleusement détaillée sur les costumes, les us et coutumes indigènes à des noms de personnages aux sonorités authentiques, tels que "Le Khasi de Kalabar", "Princesse Jelhi" et "Bungdit Din", ainsi qu'un respect scrupuleux de la religion sous des noms tels que "Shivoo", qui transportent instantanément le spectateur enthousiasmé, sons et odeurs de l'Inde Coloniale.


C’était un rare plaisir de revoir une fois de plus le groupe de comédiens connus des précédents films "Carry On", sans doute la plus grande contribution des Britanniques au cinéma mondial - M.Sid James, Mme. Joan Sims et M. Charles Hawtrey et d’autres, qui offrent des performances parfaitement affinées qui permettent d’apporter de la nuance et de la profondeur au récit, en particulier M. Sid James, dont la signature "Ack Ack Ack" alors qu’il surveille le décolleté Les scènes qui anticipent les imaginations plus sauvages de Warhol resteront dans les rêves de ce critique.


M. Gerald Thomas, le réalisateur, a évoqué l'influence de Godard, Bunuel et, dans une moindre mesure, de Bresson, dans son travail. Cela est évident lorsque le film atteint parfois les hauteurs surréalistes du chef-d'œuvre inachevé de Bunuel, également situé dans Colonial India , “Un Poulet Vindaloo”, une suite destinée à “Un Chien Andalou”, où la volaille occupe une place centrale, et où la narration dialectique prend la forme d’un collage, conçu avec une rigueur cinématographique et hors du commun. Pathos se tourne de nouveau vers Bathos au cours du récit, provoqué par la perte des sous-vêtements du soldat James Widdle de M. Hawtrey au profit du "Bungdit Din" de M. Bernard Bresslaw. M.Thomas tisse une histoire en mouvement rapide avec brio.


M. Kenneth Williams livre une performance aux proportions presque byzantines telles que "Le Khasi de Kalabar" allant de la douce ironie à la véritable menace véhiculée uniquement par les narines qui perdurent dans la mémoire longtemps après le film, comme les lèvres de Dali de Mae West ou Man Ray's Lips de Lee Miller.


Il reste à M. Peter Butterworth, en tant que malheureux missionnaire "Frère Belcher", de livrer un tour de force en montagnes russes alors qu'il lutte contre le paradoxe qui est au cœur du récit, délirant à tour de rôle lorsqu'il est en compagnie des Khasi courtisanes et névrosés quand il luttait avec sa conscience troublée.


De nombreuses scènes du film sont un clin d'œil à de précédents commentaires cinématographiques sur la fragilité de l'aventure Coloniale Britannique, et rien de plus que la scène du dîner culminant alors que des tirs de canon s'abattent sur les convives d'un groupe musical composé de 4 pièces - une subversion surréaliste résonnant la mise en scène de Godard, l’improvisation de Bresson et est la définition même du mot "fondamental", qui résonne si bien dans le titre du film qui marque le zénith de la série Carry On et est donc un film par excellence.


Écrit par Eric Rohmer, 1968